Logo Coteo

L'agence COTEO
est le service commercial
de Radio 6 depuis 1989

LA VIE DE LA RADIO

La vie des journalistes

Les journalistes de la rédaction sur tous les fronts : Place à l'information de proximité !

ob_0b737e_photo4.jpg

 


Les quatre journalistes de Radio 6

Cinq journalistes cartés, des pigistes et des correspondants… L’information à Radio 6 est une valeur sûre. Toute l’actualité (économie, social, politique, sport, culture, faits divers, vie locale…) des deux grands bassins d’auditeurs (Boulonnais et Calaisis) est traitée chaque jour dans quatre journaux matinaux (6h, 7h, 8h, 9h), à 12h et à 18h. Loin d’être oubliés, la région, le national et l’international sont partie intégrante des journaux.

« L’auditeur de Radio 6 ne doit pas changer de fréquence ! » souligne le directeur de la radio, Eric Lannoy. Selon Sébastien Foissel, journaliste : « Radio 6, ça marche aussi peut-être grâce à l’information. On développe des sujets locaux qui méritent un angle Côte d’Opale, mais on garde également les identités locales : les Boulonnais veulent du Boulonnais, les Calaisiens du Calaisien. Notre grande force, c’est de pouvoir leur en offrir ».

Pour Elise Cauchin, Elise Leclercq, Pricilia Vandeville et Sebastien Foissel, les autres journalistes qui présentent par ailleurs les journaux, les moments d’information sont très attendus par les auditeurs. « Sur le terrain, ils nous en parlent souvent ! On sent qu’elle les concerne ».


Evénements

Quatre jours de Dunkerque, L'Enduropale, Calais Round Britain Race, Festi’Mômes à Hardelot..
Les grandes manifestations couvertes par Radio 6

532071_587826531235743_1343949123_n.jpg

 


Chaque année, Radio 6 couvre de grandes manifestations sportives et locales. Certaines d’entre elles ont un impact important puisqu’elles touchent le département, voire la région et même le national.

Ainsi en est-il par exemple pour l’enduro, les 4 jours de Dunkerque, la « Calais Round Britain Race », la course à la voile autour des îles britanniques et la coupe de France pour lesquelles journalistes et animateurs font vivre à leurs auditeurs les moments forts en direct.

En septembre, Radio 6 sera par ailleurs présente au coeur de la coupe du monde de rugby en suivant les rencontres qui se déroulent dans la région.

L’importance du Direct
Lors des grandes manifestations locales, Radio 6 installe un studio pour produire des émissions en direct. Elle le fait aussi régulièrement à la Cité Europe, avec qui Radio 6 a signé un partenariat d’exclusivité. Stéphane Lecarrié reçoit des invités dans un studio installé dans l’allée centrale.

A signaler aussi l’émission « Porte ouverte », assurée chaque midi à Calais par Stéphane Lecarrié et à Boulogne par Sébastien Foissel. A Boulogne justement, le journaliste assure une porte ouverte mensuelle avec des membres de la CCI Boulogne - Côte d’Opale. Une émission à vocation économique qui met en avant les chefs d’entreprise, mais aussi les dossiers économiques et touristiques du secteur.


Portraits


Pascal Mutez,
Responsable de la programmation musicale
" Les maisons de disques nous font confiance "

L’auditeur est-il toujours au coeur de la programmation ?
Bien entendu ! Il a envie d’écouter ce qu’il aime, alors faisons-lui plaisir. Nous, dans un sens, nous nous devons de le suivre puisque notre but, quand même, c’est de faire de l’audience ! …Il m’arrive de passer quelques artistes pas trop dans le vent mais qui, au fil du temps, deviennent de grands artistes. Ça aussi, c’est bon pour l’audience !


Le système yacast… indispensable ?
Les maisons de disques nous font confiance grâce à ce système. Elles savent en temps réel à quel moment leurs artistes sont diffusés, et combien de fois par jour. C’est ce qui nous permet de faire venir des artistes en plateaux, ou en studio. Et ça, c’est très important pour nous car ce genre de manifestation représente une sacrée pub. Mieux qu’une campagne d’affichage !

En quoi consiste exactement votre fonction au sein de Radio 6 ?
Elle est multiple ! Elle passe aussi bien par l’entrée des nouveautés (une nouveauté est présentée par jour), que l’organisation des concerts et des plateaux de variétés et la venue des artistes en studio. Il me faut savoir à la fois faire preuve de diversité, d’originalité, et savoir dénicher les talents. Ce fut le cas par exemple pour Shakira ou encore Katie Melua.


Comment choissez-vous les artistes ?
En fonction du format de la radio d’abord, qui tourne entre 25 et 45 ans, même si on ne délaisse pas les autres générations. Ensuite, en fonction de ce que m’envoient les maisons de disques. Je n’ai jamais d’obligation, quelques fois une certaine pression, mais je garde toujours ma liberté de choix. Pour vous citer un exemple récent, nous ne diffusons pas énormément de rap, mais certains titres comme « Garçon » le dernier de Koxie, donnent une leçon de morale. Je pense en plus qu’il sera le tube de l’été. Alors, je le diffuse ! C’est important « d’avoir du nez ». Je fais souvent écouter des titres à mes collègues. Si leurs réactions sont positives, sans hésitation, je fais partir le titre à l’antenne.



Nicolas Veniel,
Directeur technique et coordinateur des antennes.
" La technologie est au service de la proximité "

 

Après un passage à Radio 6 à la fin des années 90, Nicolas Veniel a choisi de faire un break. Il passe trois ans chez A2I et revient à la radio. Riche de son expérience, il participe aujourd’hui d’arrache-pied au développement technologique de Radio 6.

Quel est le rôle d’un directeur technique en radio ?
Je ne dirais pas qu’il est primordial mais il faut bien dire que la technique, c’est très important. Dans une radio, elle offre aux journalistes et aux animateurs le moyen de s’exprimer. Avant le numérique, il fallait déployer beaucoup d’astuces et de travail pour arriver à des résultats plutôt moyens. Aujourd’hui, on a une approche complètement différente : on peut envisager des décrochages ville par ville pour coller encore plus à l’actualité.



Il n’y a pas une dangerosité à déployer la technique ?
Pas à Radio 6 en tout cas ! Il est vrai qu’en général, la technologie est utilisée pour réduire les emplois. A Radio 6, c’est l’inverse : à chaque fois qu’elle s’est développée techniquement, elle a embauché

Quel est le système utilisé par Radio 6 ?
On utilise le système A2I, présent à 90% dans les radios nationales françaises. C’est un système que je connais bien pour avoir travaillé dans cette société. Il remplace de façon très efficace l’analogique, comme les lecteurs de cartouche, car il permet un gain de temps conséquent tant en maintien qu’en entretien.


Et du côté des nouveautés ?
Nous construisons actuellement un nouveau « CDM » - une salle technique si vous préférez - qui apportera de nouvelles fonctionnalités pour les journalistes et les animateurs. Deux nouveaux studios et la nouvelle salle de rédaction sont en cours de construction. Le « CDM » est très important car c’est la première pierre d’un processus de modernisation et de développement qui se met actuellement en place. D’ailleurs, à ce propos, on peut dire qu’avant la rentrée de septembre nous serons opérationnels pour gérer à 100% quatre départs de fréquence contre deux actuellement. C’est une manière pour nous de nous tourner résolument vers l’avenir.